Terres Inconnue


Points de vue

Lire et dire le champ émotionnel

Henri_Matisse_-_Interior_with_an_Egyptian_Curtain_1948_IMG_4380.JPGQuel que soit l’accompagnement, le champ émotionnel est toujours présent dans un groupe. Dès que l’intention est de permettre à plusieurs points de vue de s’exprimer, les émotions et les sentiments sont mis en mouvement. Les facilitateurs doivent être attentifs à ce qui émerge des silencieux et des bavards, à révéler les accords et les désaccords, à laisser s’exprimer les indécis, les émotifs et les indifférents.

Où porter son regard ? Qui questionner ? Quoi encourager ? Faut-il explorer un conflit ? Interroger ceux qui sont agacés ? Quelle expression non-verbale interroger ?

Le facilitateur risque de ne pas repérer ses projections ou ses biais, de ne pas être conscient de ses propres réactions émotionnelles, de manquer d’empathie envers certains et d’en juger d’autres. De plus, si le facilitateur oriente volontairement ou non le groupe dans une direction donnée, il risque de privilégier les signes qui soutiennent son intention.
Cette capacité à sentir ce qui a besoin d’être exprimé et entendu, de le partager avec grâce et à point nommé, demande intuition, maturité, et une réelle présence.

Un rôle particulièrement difficile à tenir… qui tenu à deux apporte de la sécurité.

Intérieur au rideau égyptien, Henri Matisse (1869-1954)